La métamorphose du temps

La métamorphose du temps

Son expression nous interpelle. Ses yeux sont écarquillés, sa bouche est béante,

son visage lisse s’est ridé.

Entre surprise et effroi, la femme voit dans le miroir l’empreinte de la sénescence.

Sa chevelure brune, parsemée de feuilles, s’est poudrée de gris et de blanc, et effeuillée.

Sa poitrine galbée, parcourue par les rameaux fleuris, s’est flétrie, sillonnée de branches dépouillés.

Elle couronne un bébé pensif. Il semble dans l’attente, à l’abri de son œuf, coiffé d’un sablier

et surplombant une pendule,

marquant le temps qui passe.

Cet être étrange, femme, enfant, végétal, repose, ancré sur son tronc d’arbre, drapé dans les

racines et les branches au fil des quatre saisons.

Terre cuite / émail – patine 

L42 l32 h84